Une nouvelle expérience

19
Jan
2014
illustration histoire une nouvelle expérience

Nous nous sommes mariés Juliette et moi François il y a tout juste 10 ans. Nous vivions une vie tranquille avec une sexualité normale bien quand baisse avec le train-train quotidien. Puis un évènement imprévu a totalement changé notre vie.
D’abord je vais vous présenter Juliette 34 ans, brune avec les cheveux teints en blonds, 1 mètre 75 pour 62 kilos avec un très jolis 85 b et de très jolies fesses et un corps parfaitement entretenu par des années de fitness.

Pour ma part je mesure 1 mètre 82 pour 85 kilos brun avec des yeux bleus.

Le soir de l’anniversaire de notre rencontre, j’ai voulu lui faire une surprise en lui offrant un très beau solitaire qu’elle désirait depuis longtemps. J’avais envoyé nos enfants chez les grands-parents et préparé un bon dîner en amoureux. Le seul problème c’est que Juliette est arrivée avec 2 heures de retard à cause de son patron.

Le repas ne se déroule pas trop mal mais Juliette est embêtée d’avoir oublié cet anniversaire et de voir tout le mal que je me suis donné. Elle se confond en excuses et au milieu du repas elle me regarde dans les yeux et puis se glisse sous la table et entreprend une fellation dont elle a le secret (elle est très douée dans ce domaine). Évidemment nous avons arrêté le repas a ce moment et fini dans un gros câlin sur le canapé. Mais durant les jours suivants je sentais Juliette plutôt distante et tracassée.

Le vendredi suivant, en rentrant de mon travail je trouve un mot de Juliette qui me dit de prendre une douche et de bien m’habiller car ce soir on sort. Vers 20h30 le téléphone sonne et Juliette m’annonce qu’elle vient me chercher en voiture dans 5 minutes. Le temps de fermer la maison et voici ma femme qui arrive devant le portail. Mon amour est au volant, maquillée et cachant sa tenue sous un grand manteau, ne dévoilant que ses jambes gainées de soie. Elle est très belle et je suis fier d’être son mari

Elle m’embrasse tendrement et me susurre à l’oreille « bon anniversaire mon amour cette nuit est ta nuit ». Je lui demande où nous allons et elle me répond que c’est dans un endroit que tu ne connais pas. Arrivé au restaurant un serveur nous accueille et prend aussitôt nos manteaux, et là j’ai mon premier choc.
Mon épouse, mère de mes enfants, d’habitude si discrète et si prude (pour ne pas dire coincée) est habillée d’un tailleur avec une mini jupe. Visiblement sa veste, portée à même la peau, est pour sa part plus déboutonnée que le raisonnable le permettrait, offrant à la vue de tous un décolleté étourdissant. Je reste sans voix, étourdi de stupeur.

Le serveur nous emmène à notre table mais je suis dans un état second. Au cours de notre repas Juliette m’explique que sa nouvelle tenue est le résultat de mes remarques régulières sur ses tenues classiques et pas assez sexy et que ce soir elle a voulu me faire plaisir et s’est donc achetée ce tailleur, avec un porte-jarretelles, des bas résilles et un string.
Je n’en revenais pas et mon regard ne pouvait se détacher de ses seins qui se balançaient librement sous sa veste. Je n’étais pas le seul à profiter du spectacle car le serveur ne se gênait pas pour regarder avec insistance par l’échancrure de son décolleté. Elle me dit à ce moment la que je n’ai pas à être jaloux d’attirer les regards, et que je devrais être fier d’avoir une femme toujours aussi désirable et désirée par d’autres hommes.
Plus tard dans le repas elle se lève pour aller se repoudrer le nez aux toilettes, la plupart des hommes présents dans la salle ainsi que moi la suivons du regard.
Au bout de 5 minutes elle revient, rayonnante et les yeux pleins d’excitation. Et lorsqu’elle s’assoit je m’aperçois que son décolleté baille encore plus par la faute d’un bouton supplémentaire qui a été innocemment sauté.

Elle est vraiment très provocante. Elle me dit alors « tends ta main, je vais te faire un cadeau » et là, ô surprise, elle me dépose discrètement son string qu’elle vient d’ôter. Je suis rester scotché sur mon siège par son comportement, elle qui est d’habitude si discrète s’impose avec provocation et devient une reine sexy.
Mon érection grandit encore lorsque le serveur vient nous demander ce que nous voulons en dessert, tout en louchant sur son décolleté. Ma compagne fait alors mine de réfléchir en jouant avec le tissu de sa veste dévoilant discrètement un de ses beaux seins au regard avide du serveur. Une fois le serveur parti, elle me demande si j’ai aimé et je lui réponds que c’est le cas. C’est dans une tension incroyable que nous finissons le repas et après Juliette me propose d’aller danser un peu avant de rentrer. J’aurais préfère rentrer tout de suite mais je voulais lui faire plaisir.

Et la soirée continue en boite..

Nous partons donc en boite. Dans la voiture je caresse doucement ses cuisses et en remontant je m’aperçois qu’effectivement elle ne porte plus rien sous sa jupe, et que son sexe est complètement inondé.
Arrivés en boite nous nous installons à une table un peu en retrait et commandons deux whisky coca. Juliette me propose de danser alors nous nous dirigions vers la piste de danse. Après 10 minutes je propose à Juliette un autre whisky et je me dirige vers le bar, la laissant danser au milieu de la piste. Lorsque je reviens un homme d’une cinquantaine d’années danse a côté d’elle et de ma table je peux les voir tourner doucement au rythme de la musique. Petit a petit je vois les mains de l’homme qui commencent à caresser le dos de ma femme. Et là, ô surprise, ma femme se laisse faire. Elle m’interroge du regard et lui répond par un grand sourire. Bizarrement j’apprécie de voir ma femme se faire caresser par un autre homme, tout en s’offrant à mon regard.

 

femme danse en boiteIls se rapprochent de plus en plus de ma table et je constate que leurs corps sont serrés l’un contre l’autre en dansant doucement. Là, l’homme se penche sur son épaule et l’embrasse délicatement en remontant vers le cou puis la joue, s’arrêtant à la commissure des lèvres. C’est à ce moment précis que la musique c’est arrêtée et je vois Juliette remercier cet homme et venir me rejoindre.
« Tu es en colère ? » me demande-t-elle et je lui réponds qu’au contraire je suis très fier d’elle. « Tu l’as vu me draguer et cela ne te fais rien ? »
« Si j’ai aimé te voir danser avec lui et j’ai aime le voir te caresser et t’embrasser et toi. C’était ma foi très agréable ». lui dis-je. Je lui ai ensuite demandé si elle voulait à nouveau danser avec lui et m’a répondu « Pourquoi pas ».
Nous nous sommes alors embrassés et elle est retournée danser sans moi, mais avec mon accord. Au bout de 5 minutes l’homme est revenu danser près d’elle et petit a petit ils se sont écartés du centre de la piste, vers un coin plus sombre et ma femme a commencé à faire une danse beaucoup plus lascive, comme une parade amoureuse.
L’homme se rapproche d’elle et lui murmure quelque chose a l’oreille Juliette me regarde, me sourit et elle regarde son cavalier et l’embrasse sur la bouche. Pas un baiser du bout des lèvres, mais un baiser profond, sensuel. Les mains de l’homme prennent possession de son corps et descendent sur ses fesses pour l’obliger à se plaquer davantage contre lui.

 

À la fin de la danse, l’homme la prend par la main et l’entraîne vers sa table, où il retrouve un de ses collègues. Je les observe toujours plus excité. Elle boit et rit aux plaisanteries des deux hommes. Son cavalier pose sa main sur sa cuisse et commence à la caresser, elle s’appuie sur la banquette et se laisse aller pour mieux apprécier, en gardant les yeux mis clos. À ce moment le deuxième homme se lève et vient se placer à sa droite et pose à son tour sa main sur l’autre cuisse. Ma femme surprise ouvre les yeux et son cavalier lui dit quelque chose a l’oreille après quoi elle se laisse faire.

Mon excitation est à son comble, je vois ma femme se laisser caresser en public par deux inconnus dans une boite à l’ambiance intimiste. Elle trouve désormais dans une tenue totalement indécente, jupe relevée avec deux mains lui fouillant l’intimité. Elle est aux anges et profite les yeux mi-clos. Puis l’homme lui chuchote un message à l’oreille et se dirige vers la sortie accompagné du deuxième homme. Elle vient me rejoindre alors me rejoindre, me dit qu’elle adore ce jeu de voyeurisme et qu’elle m’aime passionnément. Je lui demande pourquoi ils sont partis et me réponds qu’ils l’attendent dehors seule.
« Que comptes-tu faire mon amour ? » demandais-je, inquiet de la suite des évènements. Elle me répète à nouveau que c’est ma nuit, et qu’elle fera ce que je voudrais. Je lui réponds rapidement que je veux son bonheur, que je l’aime et qu’elle peut y aller si elle le souhaite. Elle esquisse une petite moue et me répond qu’elle va alors voir ce que lui veulent les deux inconnus et qu’elle s’arrangera pour qu’ils aillent chez elle afin que je puisse les rejoindre. Puis elle m’embrasse tendrement, se redresse devant moi, défait les derniers boutons de sa veste, traverse la salle et sort.
Je reste seul rempli de sentiments contradictoires alors qu’il est à peine minuit.

 

Après m’être amusé un moment, je décide de rejoindre ma dame et ses invités

 

Trois heures plus tard, alors que je me dirige vers la maison, je croise une voiture avec deux hommes sur le chemin du lotissement. Je monte directement dans notre chambre. Juliette est là, étendue sur le lit conjugal. Je la regarde, elle est belle ainsi. Il ne lui reste que son porte-jarretelles et ses bas résille. Je l’embrasse tendrementsur le front. Son odeur est brouillée par un parfum masculin et lorsque je l’embrasse sur ses lèvres une autre odeur musquée dont je devine l’origine dans le sperme de ses amants me chatouille les narines. Sans que je sache pourquoi, une érection se déclenche immédiatement.

« C’était irréel, merci mon amour pour ce moment si particulier, laisse moi me laver et je suis tout à toi » me dit-elle.
« Non je te veux comme ça ! »
Je descends jusqu’à son sexe et je vois sa vulve luisante de sperme. Je suis fasciné par le spectacle, par l’odeur de sexe qui imprègne la pièce et par la dépravation de mon épouse qui s’est donnée sans retenue à deux inconnus. Je me déshabille rapidement et me serre contre elle puis je lui demande de me raconter le déroulement de la soirée.
Ils lui avaient demandé de venir les retrouver avec la veste déboutonnée pour montrer qu’elle irait jusqu’au bout avec eux. Une fois sortie, elle les a rejoins dans leur voiture, où elle est montée derrière avec son cavalier pendant que l’autre conduisait. Durant le trajet elle se fit déshabiller, doigter et caresser par l’homme tandis qu’elle indiquait la route à son comparse.
Arrivés à la maison, elle sortit nue pour ouvrir la porte d’entrée et monta directement avec les deux hommes dans notre chambre. Son cavalier, qui s’appelle Charles, l’a embrassée pendant que son collègue Roger s’est collé derrière elle.
Leurs mains se faisaient très présentes sur son corps, caressant ses seins, son sexe et ses fesses. Charles la fit se retourner et elle se trouva face à Roger qui l’embrassa avec fougue. Pendant ce temps, Charles se déshabilla et s’agenouilla entre ses jambes puis la lécha avec beaucoup de délicatesse.
Roger la fit mettre à quatre pattes et lui présenta sa queue à sucer. Sans hésitation elle se jeta dessus comme une affamée,  Charles arrêta de la lécher et lui aussi présenta également son sexe à avaler, il était encore plus impressionnant que son collègue. Ensuite Roger se présenta elle et la pénétra rapidement dans un soupir de soulagement, son sexe était totalement lubrifié par les caresses précédentes. Pendant ce temps, Charles se laissait aller à un orgasme et éjaculait dans la bouche de ma femme, dans un long gémissement de bonheur.
Ils ont fait l’amour pendant presque trois heures sans arrêter, se relayant dans ses différents orifices. De son propre aveu, Juliette devenait de plus en plus excitée et délicieusement honteuse a chaque minute.
Pendant son récit, je me suis mis sur elle et l’ai pénétrée à mon tour. Le passage avait été élargi par ses deux amants d’un soir, et les sensations n’étaient réellement pas les même que d’habitude. J’ai éjaculé rapidement, ce qui n’était pas étonnant au vu de mon état d’excitation très important. Je me suis ensuite retiré et écroulé à ses côtés, contemplant les multiples souillures répétées autour du sexe de ma bien aimée.

Au bout de quelques minutes Juliette s’est mise sur le ventre, découvrant ses jolies fesses, et me dit simplement « N’oublie rien mon amour… » . Tremblant, redoutant ce que j’allais découvrir, j’écarte délicatement ses fesses et découvre son anus dilaté, maculé d’un liquide blanc. Moi qui n’ai jamais eu droit a ce passage, j’apprends alors qu’ils l’ont prise plusieurs fois en en simultané et qu’elle a pris un pied terrible.


3 commentaires


Trackbacks and Pingbacks

Laisser un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Remonter au dessus