Rêves érotiques d’une groupie

14
Juil
2015
moi et mon chanteur dans mes rêves

Je suis complètement folle de lui, certains diraient même hystérique ! Je n’écoute que ses chansons, je connais toutes les paroles par cœur, porte des tee-shirt à son effigie, je suis ses faits et gestes sur les réseaux sociaux … bref je suis sa plus grande fan ! En même temps qui ne le serait pas, ce mec, en plus d’être un chanteur mondialement connu, a un charisme incroyable. Un corps musclé et bien entretenu, des yeux gris d’une profondeur exceptionnelle, des cheveux noirs comme j’aime, de grandes mains, des fesses à croquer. J’affabule complètement et je ne rêve que de lui. À son dernier concert, j’étais dans la fosse et comme une idiote j’espérais comme des centaines d’autres qu’il m’accorderait un regard, qu’il me remarquerait. Mais rien ne se passe jamais et chaque nouvelle rencontre manquée me frustre un peu plus. Mon subconscient doit saturer car la nuit je ne pense qu’à lui, mais dans des situations bien spéciales…

 

Dans mes rêves je deviens beaucoup plus osée, et ni une ni deux nous nous retrouvons dans son lit. Il est parfois doux et parfois plus sauvage j’adore ça. Il ne me quitte pas des yeux, il parcourt tout mon corps fébrilement, ses mains sont fermes et larges. Son contact m’excite. Il me mordille le cou, son souffle chaud et humide descend en direction de mes seins et je ne peux pas m’empêcher de fermer les yeux en plantant mes ongles dans son dos. Il me déshabille habilement, tout en embrassant chaque partie qu’il dénude. Son contact m’électrise. Arrivé à mes sous-vêtements, il fait glisser mon tanga le long de mes jambes puis me caresse l’intérieur des jambes de ses grands doigts. Il fait des petits cercles qu’il élargie au fur et à mesure, puis m’embrasse le genoux, la cuisse, et remonte jusqu’à mon clitoris qu’il lèche. Ses mains encerclent maintenant mes fesses, et m’empoignent fermement. C’est maintenant sa langue qui me pénètre. La sensation est exquise. J’ai très chaud et lorsque qu’il insère son pouce, tout en continuant ses incursions de sa langue brûlante et agile, je mouille comme une folle.

 

Lorsqu’il me pénètre c’est l’apothéose, mon corps en redemande sans cesse, je suis intarissable, infatigable et continuellement insatisfaite. De son coté, il me prend sans discontinuer, attentif à mes gémissements et sait exactement quelles positions me font le plus d’effets. Ce que je préfère c’est quand il lève mes jambes de sorte à les poser sur ses épaules, l’angle est encore meilleur car sa puissante verge vient taper au plus profond de moi. Avec lui je suis prête à tout, à genoux je le finis et avale goulûment tout ce qu’il veut bien me donner et tandis que je reprends mon souffle , il me prépare déjà à un deuxième round.

Il me fait m’allonger sur lui de tout mon long, ma poitrine est appuyée sur son torse c’est vraiment plus qu’agréable. Nos peaux sont encore recouvertes d’une fine pellicule de transpiration, mais loin de me dégoûter, cela ne fait qu’attiser mon désir.

Son parfum est envoûtant, musqué il me prend aux narines et me donne envie de le serrer encore plus fort contre moi. Il se met à me masser le dos en enfonçant ses doigts dans ma peau, il me fait frissonner. Ses mains descendent sur mes fesses, et les massent. Je mouille encore d’anticipation et il le sait. Ses lèvres atteignent mes seins, les lèchent, les mordillent. Mes pointes durcissent et son torse dur et humide m’enflamme.

À l’oreille il me chuchote des mots doux intercalés de cochonneries qui me font un effet incroyable. Sa voix est velouté est tellement virile, et ses paroles semblent former des mélodies sensuelles. Il me dit que je suis belle, que je lui plais, et qu’il va me baiser comme je le mérite jusqu’à ce que je crie mon plaisir et que je m’abandonne entièrement à lui. Il veut que mon corps cède sous ses caresses, que je perde la notion du temps et que je me soumette à tous ces désirs. Je suis envoûtée. Ses mains ne cessent leur mouvement érotiques, et je sens son érection se réveiller. Une barre dure et bouillante touche mon vagin. Je perds la tête et me frotte langoureusement contre son pénis, qui s’humidifie à mon contact, lentement je m’empale, sans changer de positon. Étendue sur lui j’entends sa respiration s’accélérer. C’est moi qui ait les choses en main maintenant. Je fais glisser mon bassin de sorte à ce que mon ventre parcourt le sien et que son pieu coulisse au mieux et de toute sa longueur dans mon corps. Il soupire, et veut accélérer le mouvement, mais je l’en empêche. Je continue à rythme lent, en m’appuyant sur son torse. Il n’en peut plus, l’angle crée un frottement trop important et la chaleur qui se dégage de nos corps est insoutenable. J’aime cette sensation de pouvoir sur son corps.

 

Me désengageant, je change de position, et le maintenant couché je me mets sur lui à califourchon de façon à ce qu’il voie mon sexe. Je le fais me pénétrer toujours aussi calmement et progressivement mais il est clair qu’il est à bout. Il grogne et s’accroche à mes hanches qu’il empoigne fermement. Soudainement il se relève et me retourne sauvagement avant de me pénétrer par derrière. J’ai le ventre appuyé sur le lit, les seins qui frottent durement sur les draps un peu rêches, et les fesses au bord du lui. Lui derrière moi est rentré très facilement en moi, et mène le jeu. Ses gestes sont rapides et profonds, je ne peux m’empêcher de crier à chaque fois et je m’entends en redemander encore et encore dans une longue litanie. Son sexe appuie sur mon clitoris et mon vagin est entièrement rempli. Ses mains dures ne font qu’amplifier ses mouvements. La sensation est incroyable. Je me fais prendre comme ça un sacré moment, il ne semble pas près d’arrêter, tandis que je suis au bord du gouffre. Une chaleur se diffuse entre mes jambes tandis qu’il amplifie encore ses mouvements. Son corps tape violemment contre le mien. Je brûle. J’explose. J’ai l’impression de décoller. Pendant un instant je perds conscience de ce qui m’entoure. Cet abandon et les contractions de mon vagin lui font un effet qui décuple son envie et il explose presque aussitôt. Je sens son liquide chaud m’inonder, tandis que son corps se relâche et s’affale sur le mien.

 

Au matin je me réveille invariablement en manque et trempée de ces rêves plus qu’explicites, en espérant qu’un jour ils se réalisent. C’est pathétique mais j’en suis follement amoureuse et ces escapades nocturnes ne font que renforcer mon désir.

 

 


Il n'y a pas encore de commentaires sur ce récit.

Laisser un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Remonter au dessus