Aventures coquines à l’auberge de jeunesse

27
Juin
2015
laverie à l'auberge

Aventurière dans l’âme ? moi pas vraiment, mais j’ai cependant décidé de partir faire un stage d’un mois en Argentine dans le service radiologie. Je suis une étudiante en médecine lambda et j’avais vraiment besoin de m’aérer après avoir enfin passé mes examens. L’occasion c’est présentée au cours de mon stage de 3ème année à l’hôpital . Dans mon service, le beau docteur Federico (purement argentin) faisait tourner la tête de toutes les internes et toutes les infirmières. Un corps à tomber, des yeux bleus gris, un charme incroyable et un accent torride. Inutile de dire que je l’aurais suivi au bout du monde. Mais malheureusement c’était un vrai bourreau des cœurs à ces heures perdues et je n’étais pas décidé à être un énième numéro sur sa liste de conquêtes. Il était très sympa, et avec un peu de temps nous avons commencé à être ami. Il connaissait mon engouement pour l’Amérique du sud et me racontait beaucoup d’anecdotes avec son accent caractéristique. Lorsqu’il a su que je cherchais un stage à faire pendant les vacances, il m’a proposé de soumettre ma candidature à son ancien hôpital en Argentine à Buenos Aires. J’ai bien entendu accepté directement sa proposition.

Une fois sur place, j’ai découvert un hôpital bien aménagé et une équipe sympa, tout s’est bien passé coté stage. Par contre rien d’aussi bien sur le plan vie privé. J’habitais initialement dans une auberge de jeunesse proche de l’hôpital faute de mieux et je partageais ma chambre avec 2 autres filles, une allemande un peu coincée et une espagnole qui était sans cesse en vadrouille. Les gens sont de passage et il est donc difficile de tisser des liens amicaux solides. Par contre, auprès des mecs quel succès. Je n’aurais jamais pensé être si délurée. L’expérience qui m’a le plus marquée était je pense le péruvien que j’ai rencontré au self. Grand, brun, plutôt musclé, une peau couleur café, un air ultra viril… Il m’avait tapé dans l’œil.

Je venais de rentrer de l’hôpital lorsque je l’ai vu à l’accueil, je me suis donc dépêchée de prendre une douche et passer des vêtements un peu plus décontractés, mais lorsque je suis redescendue il n’était plus là. J’ai donc rejoins une bande de Belges avec qui j’avais parlé la veille et j’ai pris un verre. Au cours de la soirée, j’ai complètement oublié ce mec et me suis laisser bercer par l’ambiance internationale et alcoolisée de la soirée. Les gens restaient un principalement avec leurs connaissances au début mais au fil de la soirée, et grâce à la musique et à la piste de danse improvisée, des petits groupes se formaient et se déformaient et les gens avaient le contact plus facile. Je me suis retrouvée sur la piste les belges et nous dansions, la musique est devenue au fur et à mesure plus caliente. Les couples se formaient, et les pas se faisaient plus sexy. Complètement prise par la musique, je me déhanchais langoureusement lorsque j’ai senti deux mains fermes arrimer mes hanches et un corps chaud se rapprocher de moi et se frotter en rythme contre mon dos. Cet inconnu dansait vraiment bien, c’était très agréable et je commençais à avoir chaud. Je ne me suis pas retournée histoire de profiter de ce moment.

Après 3 ou 4 chansons, les mains ont commencé à se faire plus baladeuses et à passer sur mon ventre, juste à la frontière entre ma jupe et mon tee shirt.

C’était vraiment agréable. Je sentais un souffle chaud dans mon cou et cela m’excitait, et je pense que la personne l’a senti car soudainement il m’a mordillé le cou. Lèvres chaudes et humides, souffle brûlant, ses mains me serraient encore plus fort contre son torse et je pouvais sentir que je lui faisait de l’effet. Il était tout dur et chaud malgré son pantalon. Je n’en pouvais plus de ne pas voir son visage, je me suis donc retournée. Et là, stupeur, le même homme que j’avais entraperçu en rentrant. Quel hasard me direz-vous. Il a souri en me regardant dans les yeux, toujours sans rien dire et j’ai alors complètement perdu les pédales. Je l’ai embrassé quasiment immédiatement sur la bouche tout en passant mes bras dans son dos. J’adorais que son corps soit si chaud. Je me sentais tout petite par rapport à lui. Lorsque j’ai touché ses lèvres je n’ai pas pu résister et je me suis laisser à l’embrasser plus profondément pendant qu’il me serrait contre son torse et passait ses mains sur mes fesses. Le baiser le plus sexy de ma vie. La suite ne m’a pas déçu non plus. Nous n’avons pas trop tardé à monter dans les étages, aucune de nos chambres n’étant libre nous nous sommes rabattus dans la laverie. Surexcitée et trempée, je n’avais plus rien à faire de tout ce qui n’était pas lui. La porte de fermait pas, l’endroit était plutôt sordide, un peu sale et pourtant je n’attendais qu’une chose… qu’il me pose et me baise sur une de ces grosses machines à laver. Il a presque arraché mon tee shirt dans sa précipitation et je n’étais pas non plus en reste vu la vitesse à laquelle j’ai ouvert sa braguette, baissé son fut et son caleçon. Le temps de sortir un préservatif, alors qu’il me mordillait l’épaule en descendant dangereusement vers mes seins qu’il avait déjà bien en main et je le sentais en moi.

Oh mon dieu il était énorme et quand il a vu que ses doigts entraient en moi sans absolument aucune difficulté il n’a pas tardé à me pénétrer violemment dans un râle. Qu’est-ce que c’était bon. Il me tenait les fesses de façon à me remplir entièrement, tout en me les malaxant, et il maintenait un rythme rapide qui frottait parfaitement au niveau de mon clito. Le paradis. Je n’en pouvais plus, le souffle court je poussais des petits gémissements qui avaient l’air de lui plaire car il continuait sans discontinuer à me ramoner en beauté. Mes jambes tremblaient et je sentais que j’allais bientôt exploser.

Finalement il s’est enfoncé en dernier coup en moi et a poussé un soupir de contentement. Il est resté là encore une minute pendant que je reprenais mon souffle puis il s’est retiré. Cette semaine commençait vraiment bien.


Il n'y a pas encore de commentaires sur ce récit.

Laisser un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Remonter au dessus